Actualités

Féminiser l’Industrie, un challenge à relever

Gwladys, Samantha, Aurélie, Claire
Justine et Elisa

L’industrie peine à trouver son public féminin. Enquête sur un secteur encore trop assimilé comme un domaine réservé aux hommes et les solutions mises en place par les acteurs industriels.

Des écarts dans le choix de l’orientation dès le baccalauréat

 

Même si la parité est respectée dans les écoles et les lycées, elle se perd au moment du choix d’orientation. Les filles sont incitées à suivre des études autres que techniques. Le milieu de l’Industrie leur parait flou et moins attractif. Le choix de l’orientation est également influencé par les parents. Ils ne projettent pas les mêmes possibilités sur leur garçon que leur fille. Pourtant les entreprises et groupes industriels recherchent la parité et la mixité dans leur stratégie de recrutement. Pourtant, les programmes nationaux tentent de revaloriser des métiers, ou encore d’ouvrir les portes des entreprises aux étudiantes comme lors de la « Semaine de l’Industrie ». Chaque année, les partenaires de cet événement accueillent des lycéens et étudiants pour découvrir les métiers et la réalité du terrain, un moyen simple de déconstruire les a priori.

 

 L’industrie de nouveau attractive pour les femmes

Parité est le nouveau mot d’ordre pour les chargés de ressources humaines des industries, réorganisation et réduction de la pénibilité de certains postes pour les rendre accessibles à tous. De nouvelles lignes directrices, que Agnès Pannier-Runacher, Ministre déléguée auprès du ministre de l’économie, des finances et de la relance, chargée de l’industrie, a renforcé. Elle a notamment lancé un appel le 10 octobre 2019 « elles sont où les femmes de l’industrie ? » s’interpellait la secrétaire d’Etat à la clôture du French Lab Tour à Bercy, « il faut les mettre en lumière pour qu’on les voit et qu’elles expliquent aux jeunes filles pourquoi c’est passionnant de travailler dans ce secteur, de diriger une usine ! »

 

 

Chez MCE Automation, nous nous efforçons d’améliorer la parité, même si nous sommes encore loin du compte, pour nous ce sont les compétences qui priment ! La mixité et la diversité sont une richesse dont nous ne saurions nous passer. Rencontrez les femmes qui font le quotidien de notre entreprise en faisant le choix de travailler dans l’Industrie et en cassant leurs a priori :

 

Elisa Monvoisin, Directrice Adjointe :

« Je ne connaissais rien de l’Industrie avant d’arriver en Normandie, territoire fortement industrialisé. C‘est lorsque j’ai été recrutée dans une société d’ingénierie au Havre que j’ai découvert les métiers de l’automatisme, de l’instrumentation, de dessinateur-projeteur, et le tissu industriel de la région. Ça m’a pris du temps, mais j’ai fini par acquérir un véritable vernis technique. En arrivant chez MCE, j’ai perfectionné mes connaissances et appris à découvrir encore d’autres métiers comme les SNCC ou la supervision de travaux. Des entreprises avec des projets très intéressants, pointus, innovants. Aujourd’hui c’est une réelle volonté de continuer dans ce milieu ! J’aimerais donner un conseil aux jeunes femmes : Foncez les filles ! On manque de femmes dans ces métiers. Soyez volontaires, soyez pointues, montrez qui vous êtes et ce que vous savez faire. Il faut arrêter de diriger les jeunes filles vers des métiers de bureautique ou de marketing dès qu’elles hésitent sur leur orientation. Les métiers techniques sont passionnants, ça recrute, il faudrait leur en parler davantage… »

 

Samantha Lebourgeois, Coordinatrice SSE  :

« Pour ma part, c'est plutôt l’Industrie qui est venue à moi. C’est un choix logique quand on veut travailler dans la Sécurité, la Santé et l’Environnement en entreprise. De plus, étant havraise, l’Industrie m’entourait et c’est tout naturellement que dans mes études, mes professeurs nous donnaient des cas pratiques sur des entreprises du domaine industriel. En tant que femme dans ce domaine, je m’en suis toujours sortie car j’ai une certaine résistance aux critiques et un sens de la répartie qui me permet de ne pas me laisser faire, tout en jouant avec douceur et respect. Il est clair qu’il faut un bon mental car parfois, nous n’avons pas l’impression d’être légitime à notre poste et on nous le fait savoir. Je ne le cache pas c’est un domaine qui reste encore très masculin et c’est parfois compliqué de se faire entendre en tant que femme et jeune diplômée. Mais c’est avant tout une question de confiance en soi et en ses capacités ! »

 

Gwladys Lot-devot, Automaticienne :

« L’Industrie n’était pas du tout mon premier choix, loin de là ! Mais sous les conseils avisés de mes parents et conseiller d’orientation, je me suis dirigée vers des études technologiques. C’est à l’Université que j’ai découvert l’automatisme et ce fut « le coup de foudre » ! On m’avait dit de l’Industrie que c’était un domaine très intéressant que ce soit en termes de débouchés, de diversité des professions ou même des possibilités d’évolution. Pour moi, le fait d’être une femme n’a jamais été un frein. Bien sûr il faut réussir à se faire une place et montrer de quoi on est capable mais au final comme tout le monde. Je dirais même que mes interlocuteurs avaient tendance à peut-être plus m’aider et à être davantage à l’écoute et compréhensifs. Il ne faut rien lâcher et être motivée ! L’industrie c’est à la portée de tous, homme ou femme, il suffit juste de le vouloir »          

 

 

Justine Menard, Chargée d’affaires :

" Durant ma dernière année d’étude, la plupart de mes professeurs étaient des intervenants professionnels, donc, dans la réalité du terrain. L’Industrie nous était décrite comme exigeante, dynamique et à prendre au sérieux. Une opportunité m’a amenée dans le domaine industriel, je l’ai saisie et je n’ai aucun regret. Avant d’entrer dans l’Industrie, je pensais qu’il était difficile d’intégrer des équipes majoritairement masculines. Finalement, ça s’est très bien passé, j’ai toujours été respectée et acceptée.  Le conseil que je donnerais aux jeunes femmes, c’est de ne pas se laisser déstabiliser si elles rencontrent des comportements ou paroles irrespectueuses. »

 

 

La question de la parité dans les métiers techniques se pose à échelle mondiale. Un récent rapport de l’UNESCO publié à l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de sciences, met en lumière l’Algérie qui se place première avec un taux de 48,5% de femmes diplômées en ingénierie. Un exemple qui doit maintenant se démocratiser et s’étendre à tous les domaines techniques de l’Industrie de tous les pays.

 

Carnet de Voyage de la #TeamMCE

Pascal, Chef de projets en automatisme : ma mission chez un constructeur automobile dans le Nord

Je suis intervenu pour le redémarrage d’une ligne de production de boîtes de vitesses d’une gamme de véhicules hybrides. Après le démarrage, je suis resté sur site pour l'optimisation des cycles de production, et la fiabilisation de la ligne. Le rythme fut particulièrement soutenu, mais quand on aime on ne compte pas ! 

Ma mission touche à sa fin, tout s'est très bien passé, mes connaissances des standards de programmation m'ont été bien utiles. J'ai eu de très bons retours du client et un excellent relationnel avec les équipes. Lors de mon temps libre, j'ai profité de la Région en visitant la ville d'Arras et son beffroi, la citadelle, Notre-Dame-de-Lorette (plus grand cimetière militaire français), le musée de la guerre 14/18, le mémorial canadien de la guerre 14/18, et bien sûr les brasseries belges ! 

 

 

   

 

Romuald et David, Chef de projets en automatisme : notre mission chez une grande marque de soda à Naples (Italie)

Notre objectif pour cette mission : l'installation et la qualification d'un robot qui remplace les jeux de moulerie d'une souffleuse 14 postes. Avant ce robot, cette opération se faisait manuellement. Une mission intense avec quelques difficultés d'approvisionnement de matériel mais nous avons relevé le défi ! Il a fallu également synchroniser tous les corps de métier afin d'avancer le plus efficacement possible. Nous avons reçu les félicitations du client avec une réception signée dans la foulée des tests et sans aucune réserve, et en prime les remerciements du fabricant de machines. L'entente fut parfaite entre les équipes sur place et MCE, que ce soit sur le chantier ou en dehors ! 
Nous avons profité de nos deux jours off pour visiter Capri et Pompéi avec le Vésuve. 
La petite anecdote rigolote : Au petit déjeuner, l'employée de l'hôtel nous annonce qu'il n'y a plus de jus d'orange pressé. Un collègue lui demande s’ils ont des oranges. Elle lui répond oui. Il demande ensuite s’ils ont un presse-agrume. Elle acquiesce à nouveau. Il lui dit alors «vous prenez une orange, vous la mettez dans le presse-agrume et ça fait un jus d'orange pressé ! »
Quelques minutes plus tard elle lui apportait son verre tant désiré...
Pour ceux qui n'auraient pas saisi la référence, regardez Les Bronzés font du ski…

 

  

On parle de nous !

Paris Normandie - Edition du mercredi 2 octobre 2019 

Ils sont dans la Team MCE !

 

 

Cette semaine nous vous présentons Mathieu, un des automaticiens de la Team MCE ! 

 

 

 

 

Ce qu’il apprécie chez MCE ?

MCE est une entreprise très familiale et à l’écoute de ses salariés.

 

Son rôle chez MCE ?

Mathieu a été recruté pour faire de la Conception Electrique pour un fabriquant de machines spéciales. Mais depuis peu, suite à un souhait d’évolution, il travaille au BE Automatisme chez MCE pour une société de production d’engrais.

Actuellement il travaille sur un projet de revamping d’automates (récupération de programme automate pour les réimplanter dans un automate neuf en s’assurant que toutes les applications fonctionnent correctement).

 

Ses principales qualités ?

Mathieu est de nature calme et curieuse.

 

Ses passions ?

La course à pied, le VTT et le tennis de table.

 

Son style de musique préféré ?

Il écoute de tout, Rock, électro, rap, hip-hop ….

On parle de nous !

Le Courrier Cauchois - Edition n°3744 du vendredi 05 juillet 2019

Haut